Doigby révèle son salaire d’animateur lors des événements majeurs sur Twitch

Doigby révèle son salaire d'animateur lors des événements majeurs sur Twitch

Arif Akin, connu sous le pseudonyme de Doigby, vient de lever le voile sur un sujet souvent tabou : le salaire d’un animateur de renom sur la plateforme Twitch. La révélation de son salaire pour avoir animé des événements e-sport de grande ampleur est à la fois une surprise et un éclairage inédit sur les coulisses de l’animation de grands événements du streaming sur Twitch.

Doigby : l’animateur star de twitch

Avant d’aborder les chiffres, plongeons dans le parcours de Doigby. Passé d’ancien joueur professionnel de League of Legends à animateur d’événements en live, ce virtuose de la parole a su se tailler une place de choix au sein de la communauté Twitch. Collaborant avec des pointures telles que Gotaga, Inoxtag, ou encore Squeezie, Doigby s’est affirmé comme un maître de cérémonie, un host au charisme indéniable, capable de captiver des audiences colossales.

Le salaire de Doigby pour animer le KCX

Lorsqu’il s’agit de partager sa passion pour l’esport, Doigby n’a pas hésité à mettre de côté la question financière. En animant les trois éditions du KCX, événements reliés à l’équipe esport Karmine Corp, il n’a perçu aucune rémunération financière. Sa motivation première ? Contribuer à l’essor et à la promotion de l’esport en France et à l’international. Un engagement désintéressé qui souligne un investissement personnel où la rétribution ne se mesure pas en euros, mais en énergie et en volonté de voir la scène esportive se développer.

Un échange de bons procédés entre streamers

La gratuité de son rôle d’animateur pour le KCX ne s’est pas faite sans contrepartie. Un accord conclu avec Kameto, autre figure emblématique du streaming, stipulait que chacun participerait gratuitement aux projets de l’autre. Cette collaboration révèle l’existence de partenariats basés sur un échange mutuel de services où l’argent n’est pas le seul moteur des relations professionnelles.

Le salaire de Doigby pour le GP Explorer

La curiosité autour de la rémunération des animateurs d’événements majeurs a été partiellement satisfaite lorsque Doigby a partagé des détails sur sa participation au GP Explorer. Pour la première édition de cet événement, il n’a pas accepté de salaire, perpétuant sa tradition de bénévolat. Toutefois, pour le GP Explorer 2, et après consultation de son manager, il a accepté une rétribution de 2 500 euros pour sa prestation. Cette somme, plutôt modeste au regard du succès phénoménal de l’événement, qui a rassemblé plus de 1,3 million de spectateurs simultanés, atteste du décalage parfois existant entre l’ampleur d’un événement et la rémunération de ceux qui en sont les artisans.

A lire aussi :  Le streamer Amine sera le sélectionneur de l'équipe de France pour la Kings World Cup

Le streaming : un milieu aux rémunérations variées

La question des salaires dans l’univers du streaming est complexe. Les révélations de Doigby permettent d’entrevoir la variabilité des rémunérations, influencées par la notoriété, les records d’audience, mais aussi par les accords personnels entre les acteurs de cet écosystème. La transparence de l’animateur sur ses gains est un geste rare qui peut être perçu comme un appel à plus de clarté dans un secteur souvent opaque.

Doigby, en partageant ouvertement les détails de sa rémunération, a contribué à une meilleure compréhension des mécanismes économiques qui régissent le monde du streaming. Ses révélations démontrent que, au-delà des chiffres, c’est souvent la passion et la collaboration qui sont les véritables moteurs de ce milieu. Au final, les spectateurs peuvent désormais apprécier à leur juste valeur les prestations de ces animateurs qui, souvent, donnent bien plus que ce que leur compte en banque ne reflète.

La passion plus forte que le cachet ? Voilà ce que pourrait être l’adage de Doigby et de nombreux autres acteurs de la scène Twitch. En attendant, les événements continuent de se succéder, les audiences de croître, et les animateurs de vivre de leur passion, dans un mélange de bénévolat, de rémunérations symboliques ou parfois plus conséquentes, dans un écosystème du divertissement numérique toujours plus dynamique.

Partagez sur les réseaux :

Laisser un commentaire